Garidech (31). Trois étudiantes de BTS MGTMN du Caousou se penchent sur l’avenir du cimetière

Aurore, Manon et Mathilde ont réalisé un état des lieux du site et envisagé des évolutions
bénéfiques pour la population.
Il y a quelques semaines les habitants du village ont pu croiser trois jeunes filles autour de l’église,
équipées de matériel topographique. Ce sont trois étudiantes en BTS du lycée Caousou qui
préparaient leur mémoire de fin d’étude.
Aurore Brillac, Manon Cortier et Mathilde Serres ont choisi de s’intéresser au cimetière
communal. L’objectif de leur projet était d’établir un plan général de situation et de ses abords, de
faire l’état des lieux de ses allées au regard des normes de circulation des PMR (personnes à
mobilité réduite) ; ensuite elles devaient étudier l’aménagement des concessions disponibles et
l’extension de la voirie ; enfin préparer la maquette d’un répertoire numérique des concessions.
Chacune des étudiantes s’est attachée à une partie de la problématique avec mise en commun des
résultats. Partant de l’état des lieux du cimetière, avec la partie ancienne et son extension récente
dont seule une partie est utilisée, elles ont proposé un schéma de réaménagement du vieux
cimetière et d’aménagement futur de son extension.

Les trois étudiantes ont présenté au maire le résultat de leur travail. Photo DDM.

Propositions d’aménagement
Un constat s’est imposé à elles : la commune ne dispose d’aucun plan du site avec les détails des
sépultures. Pour mener à bien leur projet elles ont étudié la législation relative aux cimetières et
estimé qu’il était nécessaire de créer 75 nouveaux emplacements dans les 20 prochaines années.
Avec constance, sérieux et compétence, elles ont mené leur projet à son terme. Cela se traduit par
l’élaboration de plusieurs plans, de propositions d’aménagement de création d’un répertoire
numérique utilisable avec des logiciels dédiés. Christian Ciercoles, maire, s’est félicité d’avoir
accueilli ces trois stagiaires qui ont réalisé un travail sérieux, documenté et utile pour la commune.
Quant à elles, elles disent avoir découvert l’organisation et la gestion d’un cimetière ce qui leur a
permis de tester leurs capacités d’adaptation et de mettre en œuvre les connaissances acquises
lors de leur cursus scolaire. Par la même occasion elles ont découvert l’importance des relations
humaines au sein d’une équipe.

Article la Dépêche – juin 2022