Accompagnement de l’élève

Éducation à l'intériorité

Un moment d’intériorité au Petit Collège : Le dialogue contemplatif.

Cette pratique fait écho aux exercices spirituels pratiqués par Ignace de Loyola.
C’est une technique utilisée pour vivre un moment d’intériorité riche d’abord pour soi, puis pour le partager en livrant ses émotions, son ressenti.
Le support peut être un tableau, un texte, une musique.
Déroulement ( support : le tableau de Vigo Johanson « Silent Night 1891 »)
1- La classe est plongée dans une semi-pénombre propice à l’intériorité.
L’enseignant distribue aux élèves la même reproduction qu’ils découvriront tous au même moment. Elle leur explique qu’ils vont devoir regarder l’image avec leur cœur, être attentifs à leur ressenti et émotions, à ce qui se passe en eux et partager ce par quoi ils ont été touchés.
Au bout d’un petit temps, l’enseignant donne la parole aux élèves qui désirent partager à la classe ce qu’ils ont envie de livrer.
Chacun s’enrichit des remarques des autres. Il est important de s’exprimer en « JE » . Le but est de livrer ses émotions et non des remarques purement esthétiques et visuelles.
Il est essentiel de s’écouter mutuellement avec respect et profondeur.

Quand tous ceux qui voulaient s’exprimer ont pris leur tour de parole, l’enseignant...

propose aux élèves une nouvelle lecture de l’œuvre en s’appuyant sur ce qui a été partagé à la première lecture.
Après ce nouveau temps de relecture de l’œuvre, les élèves qui le souhaitent peuvent partager une nouvelle fois leurs émotions.
C’est souvent à ce moment-là que de belles choses se disent.
En voici quelques exemples :
« Je me souviens de Noël quand j’étais petit. »
« J’ai ressenti de la tristesse car mon grand-père est décédé et il ne sera pas là pour fêter Noël avec nous. »
« J’ai ressenti de la joie en voyant cette famille autour du sapin. C’est comme chez moi. »

On peut aussi partager sur le vécu de l’exercice, sans jugement ni débat.

On termine la séance par une musique douce ou un temps de prière.

Éducation à la relation

Pourquoi ?

Pour apprendre à mieux se connaitre, à mieux connaitre les autres, à être plus positif vis-à-vis de soi et des autres, à communiquer afin d’améliorer nos relations avec nos pairs et les adultes qui nous entourent et être le plus heureux possible.

Comment ?

A travers des jeux coopératifs, des mises en situation qui nous permettent d’observer et prendre conscience de ce que nous ressentons et de la façon dont nous fonctionnons au sein d’un groupe. Beaucoup d’échanges qui nous permettent à tous d’avancer.

MAGIS

Le MAGIS ou la pédagogie du petit pas

Dans le langage de Saint Ignace de Loyola, MAGIS est le mot latin qui signifie « plus/davantage » dans le sens de donner le meilleur de soi-même.

Souvent confondu avec l’excellence ou l’élitisme, le MAGIS est une des caractéristiques de la pédagogie jésuite.

« Former des jeunes pour demain, pour les autres et avec les autres »

  • Conduire l’élève à faire « un pas de plus » pour développer ses dons, ses capacités.
  • Inviter l’élève à suivre le chemin qui permet de progresser pas à pas sans cesse, en essayant de dépasser autant que possible ses limites.
  • Accueillir l’élève, l’aider à grandir, c’est lui permettre de vivre du dynamisme du MAGIS.